Halloween party: Mais qui est vraiment Dracula?

Un tonnerre d’applaudissement pour une icônes immortelle de la pop culture, le comte Dracula ! Le célèbre vampire partage le même destin tragique que son collègue Frankenstein, à force d’être revisité par le cinéma et la télévision, notre cher personnage s’est bien éloigné de ses origines littéraires. En cette période Halloween, Dracula est plus souvent associé à la vitrine d’un magasin de farce et attrape qu’au célèbre roman de Bram Stocker. Paru en 1897, le roman s’est émancipé de son créateur en 1931, lorsque la veuve de son auteur perd son procès contre les studios Universal à cause d’une erreur lors du dépôt de copyright. Pour le vampire c’est le début d’une nouvelle vie: Cheveux gominés, cape noire à col remonté, chemise impeccablement repassée, sous les traits de l’acteur Bela Lugosi, une image dont Dracula aura du mal à se débarrasser, et ce malgré plusieurs relooking au cours des dernières décennies. Dans les turpitudes du XXe siècle, perdant son image de bad boy sanguinaire, Dracula est même devenu un personnage sympathique du monde de l’enfance.

J’ai lu Dracula pour la première fois quand j’étais au lycée, dans une version coupée adapté aux scolaires. Un peu plus tard dans ma vie étudiante, j’ai acheté un coffret consacré au roman vampirique. Entre Carmilla et Polidori, il y avait ce gros livre de près de 700 pages , à la forme fascinante et déroutante puisque le roman est un assemblage complexe de lettres, d’extrait de journaux intimes des personnages, de notes au dictaphone, de télégrammes… Relu avec des yeux d’adultes le roman révèle une complexité que l’image pop culture de Dracula nous a fait oublié.

Dracula, c’est une histoire d’expatriation et de migration. Jonathan Harker, jeune clerc de notaire londonien, est envoyé dans les Carpates, pour mettre en place l’acte de vente d’une propriété à Londres auprès du comte Dracula. Cet homme parfaitement adapté à la société anglaise se voit arraché à son confort pour être envoyé dans une zone incertaine au frontière de l’Europe. Bram Stocker n’a pas visité les Balkans, il nous transmet une image composée de fantasmes projetés, construite de récits et d’informations de seconde main. Contrairement à d’autres romans de la même époque, Dracula ne joue pas sur l’exotisme d’un monde lointain, mais plutôt sur une marginalité Européenne. Les Balkans du roman sont une zone de croisement entre la civilisation européenne tel qu’elle existe à la fin du 19eme siècle et le monde musulman avec la toute proche Turquie. D’une manière générale, Dracula nous donne une idée assez précise de ce que pouvait être la cartographie européenne dans l’imaginaire d’un citoyen britannique de la fin du 19e siècle.

Le comte Dracula a le désir profond de migrer vers un nouveau pays. Sa volonté de quitter les Carpates de s’installer en Angleterre est à l’origine de l’histoire. Van Helsing, un des personnages du roman affirme que Dracula “ est venu à Londres envahir un pays nouveau”, ce qui est plutôt surprenant pour un individu seul. Mais la figure du vampire est par essence une figure de l’envahissement, une force qui se répand par conversion en vampirisant le reste du monde. Certain y verront une représentation de l’immigré venu pour voler le travail et les femmes des bons citoyens anglais. C’est surtout le cinéma qui a développé cette vision du vampire étranger. Le premier film parlant sur Dracula, celui de Tod Browning sort en 1930, soit un ans après la chute du cours de Wall Street. L’accent hongrois de l’acteur Bela Lugosi suscite une réaction de haine chez le public américain. Quelques années plus tard, lors de la seconde guerre mondiale, une version de poche de Dracula a été édité pour le soldat américain afin de suscité chez eux une ardeur guerrière contre les barbares. Cette lecture politique n’était sans doute pas présente à l’esprit de Stocker.

Dracula c’est aussi l’histoire du désir et de l’assouvissement du désir. Le roman nous offre un panorama assez précis de la société victorienne et de ses nombreux codes de bienséances qui veulent réguler tant la vie sociale que la sexualité. Dracula est un personnage de la transgression des règles. Il est pulsion, prédation et absolue nécessité d’assouvir ses désirs. Contrairement au loup-garou du folklore paysan, Dracula est un personnage instruit. Van Helsing, le décrira d’ailleurs comme un ancien savant de son époque. Mais chez Dracula, la stratégie, le sens social et la connaissance sont toujours mises au service de l’assouvissement des pulsions. Toutes les formes de sexualités sont présente dans le roman, hétérosexualité, homosexualité, sexualité plurielle. Dracula est un polygame , mais ce qui est plus étonnant pour l’époque, est qu’un personnage féminin, Lucy, soit aussi animé d’un désir pluriel, elle écrit « Pourquoi une jeune fille ne peut-elle pas épouser trois hommes, et plus même si elle en a l’occasion ?». Toutes les scènes de vampirisme sont empruntes d’un érotisme profond et il est surprenant que le roman n’ai pas été censuré à l’époque. Il suffit d’ailleurs de remplacé sang par “sperme” pour rendre le roman parfaitement explicite.

Ce qu’il y a de fascinant avec Dracula, c’est qu’au-delà du livre et de l’analyse infini qu’on pourrait en faire, l’histoire autour de son écriture est pleine de mystère. Si la carrière de Bram Stocker au théâtre est bien connu, une grande partie de sa vie privée reste mystérieuse. La nature de sa relation avec l’acteur Henry Irving, une supposée double vie, des soupçons d’appartenance à la société secrète du Golden Dawn, une mémoire entouré de beaucoup de supposition et de preuve pour les appuyés ont alimenté un bon nombre de théorie. Mais ça… ce serait le sujet d’un autre article.

Il y aurait encore des pages et des pages à écrire sur ce roman, mais pour l’instant, j’espère vous avoir donner envie de le lire. Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à en parler dans les commentaires.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s