Mon abaya et moi

On ne parle jamais assez de la tenue vestimentaire de la voyageuse.

Ou plutôt, si. On en parle beaucoup.

Peut-être même beaucoup trop puisqu’à vrai dire, lorsqu’on est une femme, on ne nous parle que de notre façon de nous vêtir.

Quand on porte une tenue couvrante, on nous reproche de ne pas soigner notre apparence ou bien on nous soupçonne d’être une intégriste religieuse. Lorsqu’on opte pour quelque chose de plus léger, on nous suspecte de vouloir attirer les regards et quand on porte une tenue un peu décontractée on n’est jamais assez élégante.

Cette question de la tenue vestimentaire s’est presque toujours imposée à moi depuis que j’ai débuté ma vie d’adulte, de surcroît à l’étranger.

Je me souviendrai donc toujours du jour où mon regard a croisé cette magnifique abaya brodée de perles au Souq Waqif de Doha, au Qatar.

20181013_183348Sa couleur noire mettait en valeur mes traits méditerranéens, les perles qui ornaient légèrement ses épaules me donnaient de l’allure et une fois raccourcie de quelques centimètres, son ample coupe parvenait même curieusement à flatter ma silhouette.

Cette longue robe noire ouverte sur le devant et portée par les femmes du Moyen-Orient est un héritage bédouin. Il visait originellement à protéger le corps des rudes conditions de vie dans le désert. Au fil du temps, elle a été assimilée aux traditions musulmanes qui invitent les femmes et les hommes à faire preuve de pudeur et de modestie.

Aujourd’hui au Qatar, l’abaya n’est absolument pas imposée aux femmes mais la majorité d’entre elles, attachée aux traditions de leur pays, choisissent de la porter, agrémentée d’un voile noir recouvrant leurs cheveux.

Pour ma part, j’ai trouvé dans cette tenue un moyen d’être élégante en Orient comme Occident.

Portée à la manière d’un gilet long, elle donne de l’allure à la plus basique de mes tenues « occidentales » et me permet d’être chic sans froisser les moeurs des pays orientaux.

Désormais résidente en Turquie, il arrive que des touristes moyen-orientales esquissent un sourire lorsqu’elles me croisent vêtue de cette partie de leur héritage culturel dans les rues d’Istanbul.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s